en English
Basil Strategies : conférences, formations, études, services web
ma photo


« En hommage à Xavier Zarka | Accueil | Intelligence collective n° 1 : Amélioration des systèmes d'information chez les Veterans #health20fr »

Commentaires

Vincent Wermus

Merci pour cet article ô combien intéressant et d'actualité. En effet le fait que les pairs puissent noter leurs confrères a beaucoup de potentiel.
Je noterais aussi que http://www.qype.fr, qui existe depuis 3 ans en France permet aux professionnels non seulement de prendre le contrôle de leur fiche mais aussi s’ils le souhaitent de donner leur propre avis sur leurs confères. Article de novembre dernier sur ce sujet ici: http://fr.press.qype.com/wp-content/uploads/2009/11/qmed8653_001.pdf

JFG

En complément de ma réaction "à chaud" ce matin (http://oph.girmens.fr/2010/06/02/de-la-difficulte-devaluer-les-medecins-sur-internet-a-propos-de-yelp/), quelques autres éléments de réflexion sur cette difficile question de l'évaluation (nécessaire) des médecins, plus complexe qu'un repas au restaurant :

- afin d'avoir un avis "représentatif", il est nécessaire d'obtenir une certaine exhaustivité de retours (quelle valeur accorder à quelques avis parmi les dizaines de patients reçus quotidiennement ?) pour éviter de se cantonner à quelques opinions extrêmes et/ou réactions passionnées (voire faux témoignages : heureusement, JL Masson est là ;-) )

- Du fait de la complexité de la relation médecin-malade, chaque patient (et chaque médecin aussi d'ailleurs) ressort de consultation avec une opinion subjective et personnelle, qui ne sera pas nécessairement partagée par un autre...

- Si un patient peut effectivement avoir un avis pertinent sur l'accueil téléphonique et le délai de RDV, l'état de propreté d'un cabinet, le contact avec son médecin, etc, il n'a pas tous les éléments nécessaires pour juger la qualité des soins à proprement parler. Sur quels arguments peut il savoir qu'un médecin a fait un bon diagnostic, prescrit les bons examens (et uniquement ceux nécessaires), choisi le meilleur traitement ou porté la bonne indication chirurgicale ?... Sans compter que nous n'avons pour la majorité d'entre nous pas d'obligation de résultat, mais uniquement de moyens : d'où mon intérêt pour DesBons (pour le moment certes réservé a priori aux médecins... ce qui n'est pas forcément un obstacle en France, du moins pour la majorité des spécialistes, le parcours de soins obligeant à passer par le médecin traitant qui peut lui choisir ses correspondants...)

La multiplication des sites ne fera que diluer les avis : seul un "mash-up" entre tous les sites, associé avec une évaluation type DesBons et pourquoi pas quelques indicateurs "officiels" (activité, prix des consultations, FMC, respect des recommandations des sociétés savantes/HAS etc) permettra peut-être d'arriver à une évaluation pertinente...

Xbrochart

Valérie,

Il me semble que l'une des clés pour qu'un site de notation de médecin prenne forme et remporte un franc succès réside dans le "community management", c'est à dire une équipe chargée de (re)lire les appréciations, et qui intervienne si besoin pour éviter les dérapages et débordements.

Faut-il conditionner la publication des avis à une vérification de cette équipe ? Ce n'est pas très web 2.0 dans l'esprit, mais sur des sujets aussi sensibles, cela me semble nécessaire.

Et au delà de l'avis déposé, qui engage l'auteur et serait donc soumis à vérification, que faire du "rating" pur, qui permet d'évaluer le médecin en un clic via un système de notation, d'étoiles ? L'autoriserait-on plus facilement ?

Bref, une véritable réflexion est à mener en ce sens pour préparer à l'inévitable arrivée de ce service !

ValerieRAVERY

Les tentatives avortées du passé s'expliquent par des freins culturels (et techniques) qui sont aujourd'hui en grande partie levés.

Tant mieux.

Il n'y a pas de raison de ne pas pouvoir évaluer un professionnel de santé ou un établissement de soins alors qu'on admet volontiers l'intérêt de noter la qualité des hôtels, des sites marchands, des applis iTunes, etc...
Et cela va dans le sens de la démarche globale d'amélioration de la qualité des soins.

Néanmoins, et même si c'est difficile, il est souhaitable d'éviter la prolifération de "faux avis" (aussi bien négatifs que positifs) comme cela existe d'ailleurs dans tous les autres secteurs.
Sans être une parade, l'utilisation de critères objectifs (trop longs à lister ici) en plus d'un avis global et forcément subjectif, est un pré-requis.

Yelp ne me semble pas répondre à ces critères. Et les avis qu'on y trouve sont aujourd'hui trop anecdotiques pour se faire un avis sur son potentiel.
Comme le souligne Xavier, plusieurs autres sites (et beaucoup plus demain) proposent des fonctions équivalentes, avec pour le moment un succès plutôt confidentiel.

Quelle est la recette pour faire prendre la sauce ?

La clé du succès réside-t-elle dans l'exploitation des interconnexions ou dans le développement d'une plateforme centralisée ?
L'évaluation par ses pairs (comme dans Desbons) est-elle plus légitime, ou complémentaire ?

Autant de questions qui promettent de longues heures de débats animés et passionnants ;-)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Basil Strategies
eHealth Partners

Facebook
Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.