en English
Basil Strategies : conférences, formations, études, services web
ma photo


222 articles classés dans "USA"

23andMe and the FDA : Un coup fatal ?

1174540_10151833488632552_247981076_nLorsque j'ai vu les titres tomber ce jour, j'ai regardé par deux fois. La FDA demande à 23andme de cesser la vente de son test. Il s'agit du 23andMe Saliva Collection Kit and Personal Genome Service (PGS). Mais c'est  son seul produit ! La nouvelle né à Maryland, siège de la FDA, ne pouvait que tombait l'après-midi en Europe...Mais quel timing, à deux jours du Thanksgiving américain et où le pays entier pense à sa dinde !

Il y a à peine un an, j'ai animé un panel à Stanford (Palo Alto), au centre de la Silicon Valley, avec la brillante fondatrice de 23andMe, Anne WojcickiVoici son exposé en vidéo.  Anne explique dans son exposé que chacun possède ses données médicales, ce qui donne du pouvoir mais  aussi une responsabilité personnelle. Il faut s'occuper de son génôme, le faire analyser et c'est le service que propose 23andme.

Pourquoi faire le test ? Anne Wojcicki a fait état de divers risques qui pourraient être dépistés et déjoués ou au moins amoindris, grâce à ce test qui rend possible la prise d'actions préventives : le risque élevé d'une embolie, le risque de soit un effet secondaire soit l'absence d'effet de certains médicaments dont par exemple, les anti-coagulants, une pré-disposition à l'hémochromatose. 23andme avait identifié un risque élevé pour la Maladie de Parkinson chez le mari de la co-fondatrice, Sergei Brin, lui-même co-fondateur de Google. Sergei Brin était dans la salle, portant déjà des lunettes Google Glass...qui l'aurait oublié... Après l'exposé, quand j'ai demandé une levée de mains dans la salle pour savoir combien de personnes avait déjà subi le test - il s'agissait des participants de la conférence Medicine X, partenaire de Doctors 2.0 & You-- j'avais l'impression que toutes les mains étaient levées.

L'exposé d'Anne Wojcicki n'était pas un phénomène isolé. De la génétique, on en parle tous les jours. C'est le domaine qui bouleverse la médecine actuelle, où l'on donne un traitement sans savoir s'il peut marcher chez ce patient, alors que les tests permettraient de personnaliser la médecine.

Il y a peu de temps, 23andMe avait divisé son prix par 10 pour arriver à $99 par test, afin de viser le marché de masse, avec campagnes, approches grand public.

Capture d’écran 2013-11-26 à 01.23.28Et aujourd'hui, 23andMe, a reçu LE courrier warning de la FDA, lui demandant d'arrêter la vente de son test! De quel droit ? De plein droit. La société 23andMe a été crééé en 2007 et dès 2009, la FDA a indiqué aux dirigeants que les services décrits font du test un "dispositif" médical qui doit démontrer ses résultats. Or la société n'a pas procédé aux recherches cliniques demandées (le coût, le délai étant sûrement inacceptable pour les chefs...).

Est-ce dû à une mentalité de start-up de Silicon Valley qui pense qu'il faut aller de l'avant à tout prix, voire une mentalité de famille de fondateurs de Google, de penser que l'on peut poursuivre en ignorant la FDA ? On imagine mal des managers experimentés des industries de santé étant aussi peu soucieux de l'avis de la FDA.

A première vue, c'est la FDA et non pas 23andMe qui a raison. On est fondé de croire que c'est une crise dont la société 23andMe, voire dont l'industrie pourrait mettre plusieurs années pour se relever. C'est certain que malgré les difficultés personnelles intervenues entre Sergei Brin et Anne Wojcicki et qui les ont séparées au premier semestre 2013, que certaines têtes de Google et de 23andMe -- et leurs avocats--- vont explorer toutes les solutions possibles...mais y en a-t-il ?

Quant à la France, la situation est très différente. Le domaine du testing génétique est très encadré et ne peut être effectué que dans certains cas bien précis. Des Français commandent de tels tests aux Etats-Unis et ailleurs, mais il n'y a pas à ma connaissance de start-up ici, équivalente à 23andme.

 

 
 
 
 

Comment encourager l'adoption de la télémédecine ? #health20fr #doctors20

Comment encourager l'adoption de la télémédecine ? La France est déterminée  d'y arriver. Et bien, voilà un article qui nous intéressera. Nous pourrions mobiliser les hôpitaux à la recherche de patients supplémentaires. Un établissement spécialisé dans la médecine pédiatrique en Californie a pu démontrer l'augmentation de son activité grâce à la proposition de services de télémédecine...Du coup, de plus nombreux patients sont "venus" de la part des hôpitaux généraux et ont été traités dans le cadre de programmes de télémédecine.


Il s'agit d'une étude rétrospective concernant les années 2003-2010 (1er problème méthodologique) publiée dans un journal payant (2ème problème ;-)).  Les chercheurs ont comparé le nombre de patients transférés vers l'hôpital pédiatrique, et la facturation avant / après le déploiement de la télémédecine entre 2003 et 2010. 16 hôpitaux ont utilisé un contact par télémédecine pour faire "traiter" leurs patients dans l'hôpital spécialisé, ce qui a doublé la moyenne annuelle de patients réceptionnés (143 -> 285), les revenus annuels des professionnels ($23 k) et les revenus de l'établissement ($101k).


Effectivement -- sauf que tant que les établissements en France seront débordés, comment pourront-ils prendre le temps de se ré-organiser pour introduire une offre de télémédecine ? 

The Financial Impact of a Pediatric Telemedicine Program: A Children's Hospital's Perspective
Madan Dharmar, Candace K. Sadorra, Paul Leigh, Nikki H. Yang, Thomas S. Nesbitt, and James P. Marcin
Telemedicine and e-Health. July 2013, Vol. 19, No. 7: 502-508

Pharmacies en ligne légitimes : 2,5 % ?

Pharmacies en ligne : y aurait-il une vraie difficulté pour protéger l'internaute ?

Je fais partie de ceux et celles qui pensent que les contraintes imposées aux créateurs de pharmacie en ligne en France sont excessives et de nature à assurer que, par manque d'offre nationale, les consommateurs français continueront d'acheter en ligne à l'étranger, ce qui rend encore plus difficile de les protéger. Et pourtant....éliminer les fausses pharmacies semble très difficile.

 Les contraintes auxquelles je réfère sont indiquées dans le Journal Officiel du 20 juin, 2013. En voici 10...

  • Une pharmacie en ligne d'origine française doit appartenir à une pharmacie réelle.
  • Création de la pharmacie en ligne doit être autorisée par l'agence régionale de santé
  • Un nombre suffisant de pharmaciens adjoints au regard du chiffre d'affaires doit être prévu (alors que l'un des avantages de la pharmacie en ligne est de bénéficier de coûts moindres )
  • Il faut garantir l'indépendance professionnelle du pharmacien  : lire "interdiction des chaînes de pharmacies en France"
  • Le médicament est envoyé par l'officine de pharmacie, sous la responsabilité du pharmacien mentionné
  • Non-sollicitation de la clientèle par la pharmacie : lire "pas de publicité"
  • La recherche de référencement dans des moteurs de recherche ou des comparateurs de prix contre rémunération est interdite
  • Le site internet de vente en ligne de médicaments comporte un onglet spécifique à la vente de médicaments pour une distinction claire par rapport aux éventuels autres produits vendus par le pharmacien
  • Les forums de discussion sont interdits
  • Il est recommandé à la pharmacie d'élaborer un manuel qualité décrivant les moyens et procédures nécessaires pour le respect des bonnes pratiques de dispensation par voie électronique et de le mettre à disposition de l'agence régionale de santé.

Sachant qu'en plus, la liste de médicaments susceptibles d'être vendus en ligne est réservée à ceux sans ordonnance, la volonté d'aller de l'avant après cette lecture doit être très forte pour perséverer.

Et pourtant,  les pratiques illégales de la pharmacie en ligne semblent significatives, au vu des résultats de l'opération Pangea VI conduite par Interpol dans 99 pays dans le monde fin juin 2013. La parution au Journal Officiel en France de l'arrêté est tombée en même temps que cette grande attaque récemment menée par Interpol...

  • 1300 pharmacies en ligne anglaises ont été fermées par les autorités britanniques
  • Le site de la douane française rapporte que 114 sites illégaux de mise en ligne de médicaments dont 29 rattachés à la France  font l'objet de procédures judiciaires. 85 sites hébergés à l'étranger ont été communiqués aux pays concernés pour enquête.

Et par ailleurs, une étude américaine parue en janvier 2013 relève que seulement 257 pharmacies américaines sur 10275 examinées étaient légitimes, soit 2,5%. Ce n'est pas un chiffre français, mais  vous, chers lecteurs internautes, quel est votre avis ?

Avez-vous déjà acheté un médicament en ligne ?

Que deviendra la vente en ligne de produits que l'on n'ose pas demander à son pharmacien, si c'est toujours le même pharmacien, par internet... ?

Et les e-pharmacies belges ou suisses, les fréquentez-vous ?

pharmachezvous en Belgique

 


SuperTweet qui, à lui tout seul, a obtenu une guérison #doctors20

Il a fallu Lucien Engelen, Berci Mesko, Larry Chu, Sean Ahrens, Roberto 
Ascione, moi-même Denise Silber, mais d'abord et avant tout la patiente
elle-même
, pour qu'un simple tweet change une vie, et spectaculairement !
Voici l'histoire.
Berci, Lucien Engelen 16.25.21
Vers la fin de 2010, aux États-Unis, une personne 
dont je ne savais rien et que
je n'avais jamais
rencontrée a développé une affection
inflammatoire de
l'intestin, une colite. Sa vie fut
bouleversée par ce problème médical nouveau
et
devenu permanent. Elle demanda à son médecin
si une allergie alimentaire
pouvait expliquer
ses troubles. Il répondit non. Et la colite continua.

Vers la fin de 2010, je vins à Maastricht, aux 
Pays-Bas, pour assister à
Médecine 2.0 de Lucien
Engelen et Gunther Eysenbach. Là, le Dr Larry Chu,

de Stanford, se trouvait à la recherche d'orateurs pour Médecine 2.0 2011
à Palo Alto. Berci Mesko lui parla de moi.(Vous pouvez voir que Berci et Lucien
se connaissent et ont apprécié Doctors 2.0 & You, à Paris). 
Ainsi donc, en septembre 2011, je pris l'avion pour sans Francisco pour assister 
à Medicine X à Palo Alto. Larry Chu et moi nous sommes rapidement
rendu compte que nos deux manifestations, Medicine X et Doctors 2.0 & You
reposaient sur la même philosophie et pouvaient être des partenaires naturels.
Silber Chu 16.18.24
Denise Silber, Larry Chu
Assistant aussi à Medicine X se trouvait Sean
Ahrens, fondateur de la communauté Crohnology.
Nous eûmes une grande conversation. Après la
conférence, Larry et son équipe présentèrent une
belle interview vidéo de Sean, intéressante
à la fois par son contenu et par son style.
De retour à Paris pour préparer 
Doctors 2.0 & You 2012, un nouveau partenariat
apparut, avec la plate-forme vidéo toute récente,
Videum, qui permet la traduction automatique et
par des bénévoles. Nous avons choisi l'interview
de Sean Ahren pour ouvrir la plénière et nous
l'avons projetée en dehors de Videum pour les
sous-titres. Lorsque la vidéo a été projetée à
Paris, Roberto Ascione, de Razorfish (alors Publicis),
père de la plate-forme, a tweeté le lien vers Videum.
SeanAhrens Chronology 16.12.11

L'un des followers de Roberto chez Razorfish était la patiente colitique.

Elle a vu le lien, a visionné le film et a découvert qu'une allergie au gluten pouvait 
en effet expliquer ses symptômes. Deux semaines plus tard, elle était redevenue
normale ! Je ne connaissais pas l'héroïne de cette "histoire", jusqu'à ce que nous
nous rencontrions récemment, 7 mois après la conférence, pour parler de
Doctors 2.0 & You 2013. Quant je lui dis comment la conférence de 2012 s'était
ouverte sur la vidéo de Videum elle dit : "Oh, j'ai une histoire à vous raconter à
propos de cette vidéo qui m'a "guérie". 
Et j'ai appris ainsi comment un simple tweet avait changé une vie pour le meilleur, 
avec tous les remerciements dus à Lucien, Berci, Larry, Sean, Roberto et, bien sûr,
à moi-même et à la patiente.

Twitter et arrêt cardiaque : un thème de recherche à la faculté de médecine U Penn

Vous êtes-vous posé la question de la bonne méthodologie concernant la recherche à propos de Twitter en médecine ? Moi, oui! Car Twitter génère beaucoup de données qu'il est possible de structurer mais elles ne donnent pas forcément des pistes concluantes...D'où mon intérêt pour une publication qui vient de paraître sur PubMed. Il s'agit de l'étude* par une équipe de l'école de médecine d'U Penn, de la double thématique de l'arrêt cardiaque et de la resuscitation, sur Twitter. Cette équipe d'une institution prestigieuse, qu'a-t-elle trouvé?

L'objectif des auteurs était d'examiner les thèmes de l'arrêt cardiaque et de la resuscitation sur Twitter.  62000 (!) tweets, contenant des mots clé pré-selectionnés, ont été examinés entre avril et mai 2011. Les retweets, l'heure, l'auteur ont été étudiés... Qu'apprenons-nous ? 

  • Seulement 25% des Tweets contenaient une information précise sur la thématique. Autrement dit, un Tweet peut contenir un mot sans en parler dans les 3/4 des cas.
  • Seulement 13% de ces Tweets ont été retweetés, ce qui limite la diffusion
  • Les auteurs ayant tweeté plus de 15 messages portant sur la resuscitation tendaient à avoir près de 1800 abonnés, ce qui est très élevé. 

Les auteurs concluent que Twitter peut être utilisé comme moyen de communication, et que l'on n'est qu'au début des recherches....Tout à fait d'accord.

Signalons néanmoins que cette étude paraît presque un an et demi après la collecte des données, ce qui pour Twitter représente quasiment une nouvelle génération...

Et dernier point, la publication ayant été soumise à un journal scientifique payant, cela limite terriblement sa diffusion, ce qui est un paradoxe absolu...

.Je pense qu'il faut continuer d'innover dans ce domaine en élaborant de nouvelles méthodologies et en se dirigeant vers des journaux "open publishing".

 

*Resuscitation. 2012 Oct 26. pii: S0300-9572(12)00871-4. doi: 10.1016/j.resuscitation.2012.10.017. [Epub ahead of print]  Decoding Twitter: Surveillance and Trends for Cardiac Arrest and Resuscitation Communication. Bosley JCZhao NWHill SShofer FSAsch DABecker LBMerchant RM.Department of Emergency Medicine, University of Pennsylvania, Perelman School of Medicine Philadelphia, Pennsylvania.

Cartes postales vidéo de Doctors 2.0 & You : 3 min 48 sec #doctors20

Capture d’écran 2012-07-23 à 22.08.34Que peut-être une carte postale en vidéo ? On ne sait pas exactement et c'est pourtant cela. Ce sont les cartes postales qu'on aurait pu vous envoyer de Doctors 2.0 & You, sauf que l'époque est révolue et on a fait autrement, grâce au talent de @MissLondres. Ni Flick'r, ni Instagram, mais YouTube avec Sarah Kucharski, Kathi Apostolidis, Berci Mesko, Jacques Lucas, Franck Schneider, Jorge Juan Fernandez Garcia, et ma pomme.  Cela se passe à Paris et en 4 langues... C'est le plaisir de Doctors 2.0 & You sans traducteurs. Félicitations ce jour à Sarah Kucharski pour son anniversaire et le lancement de #FMDAware

Facebook & le don d'organes : nul n'est censé ignorer la loi, M. Zuckerberg

Capture d’écran 2012-05-01 à 23.25.21La France en congés (ou presque) un 1er mai -- le muguet, le discours des candidats, l'apparition du soleil (eh oui !). Nous étions dans notre petit monde presque dominical et vlan, la Californie se réveille 9 heures après nous. Les numéros 1 et 2 de Facebook, Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg, annoncent que FB s'attaque à la pénurie d'organes, en créant la possibilité d'ajouter à son timeline le "status" de donateur d'organe, pour les résidents des Etats-Unis et au Royaume Uni. Idée d'un grand intérêt ou simple action de relations publiques avant l'introduction en Bourse ?

Lire la suite "Facebook & le don d'organes : nul n'est censé ignorer la loi, M. Zuckerberg" »

Les médecins seraient-ils tous identiques ? Où en est l'évaluation ? #doctors20 #health20fr #hcsmeufr

Capture d’écran 2012-04-26 à 02.41.29

L'évaluation de tous les professionnels  et en particulier des médecins est un sujet qui ne laisse pas indifférent... les professions. Et pourtant, qui pense que les médecins, avocats, et autres professionels sont tous de qualité identique au sein de leur métier ?

Sûrement pas les patients du Dr Thi Tran, dermatologue, puisqu'il a été voté, le 24 avril 2012, dermatologue de l'année aux Etats-Unis. C'est la caricature, soit ! Car comment un médecin peut-il émerger de toute une profession ? Il est temps de faire un retour* sur le sujet de l'évaluation des professionnels sur Silber's Blog, non seulement à cause du Dr Tran, mais aussi parce que le contexte évolue aux Etats-Unis et en France.

Lire la suite "Les médecins seraient-ils tous identiques ? Où en est l'évaluation ? #doctors20 #health20fr #hcsmeufr" »

Twitter : derniers chiffres dans le monde

465 millions de comptes Twitter, 175 millions Tweets par jour. Premier pays en Europe : c'est le Royaume-Uni avec 23,8 millions de comptes.

Combien de comptes sont actifs ? Combien le sont en France ?

Quel que soit le chiffre annoncé, deux remarques : a) il faut considérer que la statistique est temporaire et qu'elle va se poursuivre à la hausse b) Sans être un moyen de masse comme peut l'être Facebook, on ne peut pas "faire fi" de Twitter en France. 

Twitter_2012_560px_BM

Twitter 2012: The Freshest Statistics on the King of Microblogging Services by Infographiclabs

"Sunshine" sur les contrats entre médecins et industrie : l'oeuvre d'une fondation à but non lucratif aux Etats-Unis

Un sujet que j'avais traité en mai 2011 étant recherché en ce moment, je l'affiche de nouveau.

Si les médias sociaux avancent autant, c'est entre autres, parce que la transparence est une valeur en hausse.  Le Telegramme, journal du Massachusetts a publié le 15 mai 2011 un article  ayant trait à la transparence des relations financières entre les médecins et les firmes, et qui génère du buzz dans cet Etat.

Le Telegram fait état d'informations trouvées sur le site en ligne ProPublica, concernant un médecin dans le Massachusetts, rémunéré jusqu'à $225 000 en un an, pour l'animation de réunions de confrères en indiquant que quatre autres ont reçu $50 000 chacun. Ces pratiques précédemment inconnues avec ce degré de précision, sont fortement critiquées par le journal. Qu'est-ce que ProPublica?

Lire la suite ""Sunshine" sur les contrats entre médecins et industrie : l'oeuvre d'une fondation à but non lucratif aux Etats-Unis" »

Le capital risque, serait-il de retour dans l'e-santé ? #health20fr

Ceux qui suivent l'e-santé depuis ses débuts (le terme n'existe que depuis 1997) se souviennent du crack boursier de 2000-2001. Selon Information Week, aux Etats-Unis les investissements avaient atteint leur pic en 2001 avec US$759 millions et avaient glissé depuis.

Mais les financiers considèrent que les bons chiffres sont enfin de retour, puisque US$633 millions ont été investis en 2011 aux Etats-Unis. Les investisseurs américains sont encouragés par tous les incentives données par l'administration Obama depuis 3 ans aux professions de santé.

Cette euphorie se ressent dans les résultats du dernier sondage réalisé fin 2011 par l'association nationale du Venture Capital, en partenariat avec le Dow Jones. 61% des participants pensent qu'en 2012, le nombre de "deals" va encore monter. Le secteur biopharmaceutique, plus important en taille, n'augmente plus.

Nous pouvons effectivement penser que les mesures d'Obama (US$44k par cabinet médical qui démontre son utilisation efficace d'un dossier médical éelctronique) commencent à porter leurs fruits en termes d'encouragement de l'écosystème de l'e-santé...Mais cela a pris presque trois ans...

Est-ce que les horizons politiques en Europe sont réalistes, lorsqu'on voit le temps nécessaire y compris aux Etats-Unis pour effectuer ne serait-ce que le début d'un changement ?

 

 

#Télécardiologie : la prochaine avancée, viendra-t-elle du iPad 2 #health20fr #doctors20

Boca Raton Hôpital en Floride, numéro 1 en cardiologie et stroke dans l'Etat selon Healthgrades a annoncé par voie de presse cette semaine les travaux d Dr Kloostermann, Chef de Service en cardiologie et électrophysiologie, démontrant la possibilité de reprogrammer un défibrillateur ou stimulateur cardiaque à distance, grâce à un iPad 2 utilisé par le médecin et un suivi par ordinateur portable par une infirmière. Voici à quoi cela va ressembler. L'ipad est à gauche, l'instruction passe par wifi, est réceptionné par l'ordinateur de l'opératrice, posé sur une table roulante.

Capture d’écran 2011-12-10 à 01.22.16L'opératrice ou infirmière opère la modification. Le médecin peut même donner cette instruction d'un avion (où le wifi est autorisé !)

La situation a bien évolué depuis l'époque où il fallait un rendez-vous de contact avec le médecin dans son bureau seulement, pour modifier ces coordonnées.

Le bottom line est cette citation du DR Kloostermann : le modèle qui a été testé aux urgences et on OR, permet au médecin spécialiste d'accéder à tout moment à l'information dans l'appareil (défibrillateur ou stimulateur) et de le reprogrammer indépendamment du lieu et de l'heure.

Faudra-t-il bientôt une suite à notre Livre Blanc de la Télécardiologie, consacrée, entre autres aux iPad et autres dispositifs mobiles dans le cadre de la cardiologie?

 

Le Vol d'identité médicale, l'un des vols les plus lucratifs aux Etats-Unis et les nouvelles du Canada aussi !

La sécurité des données médicales informatisées est prise très au sérieux en France, mais aucun système n'échappe à l'erreur voire à la faiblesse humaine -- du papier non fermé à clé, à l'ordinateur oublié dans un train, aux conversations ouvertes de professionnels dans un ascenseur d'hôpital, à une volontaine malsaine de se pencher sur les données médicales d'autrui. Le terme qui convient est le "privacy" ou "data breach", cf brèche de confidentialité. Un système sécurisé peut détecter des incidents atypiques et les signaler. Encore mieux, il peut identifier celui qui est indûment passé par là.

Lire la suite "Le Vol d'identité médicale, l'un des vols les plus lucratifs aux Etats-Unis et les nouvelles du Canada aussi !" »

l'iPad permet aux enfants et adultes autistes de communiquer

Les parents des enfants autistes ont toujours senti que leurs enfants avaient la capacité de communiquer, mais pas la compétence pour le faire...comme un cerveau fermé derrière une barrière. Ce reportage remarquable (en anglais) nous permet de voir comment plusieurs enfants autistes communiquent avec autrui grâce à certaines applications sur iPad. Vous pourrez comprendre sans connaître l'anglais. Cela ne marche pas pour tous, mais pour beaucoup néanmoins. Quel énorme pas de franchi, lorsque cela marche...Faites connaître autour de vous. Toute une famille peut se trouver transformée...

lien à cliquer (au cas où)

Steve Jobs : plus grand que la vie ; best-seller après la mort. Quelques questions médicales...

Capture d’écran 2011-10-23 à 23.30.47Steve Jobs était parmi nous à Doctors 2.0 & Vous 2011, dans une image plus grande que la vie, : "Apple annonce l'iPad, et modifie le cours de l'histoire. L'iPad nous apprend que le killer app médical est plutôt un killer "dispositif" que les médecins et établissements (aux Etats-Unis) adoptent comme jamais avant. Mais l'héritage de Steve Jobs ne sera pas seulement technologique. Il portera sur l'homme, l'homme avec une volonté d'acier, cherchant à transformer  l'informatique, puis  la musique, et peut-être bien d'autres s'il avait survécu. Comme beaucoup d'entre nous, j'ignorais ses choix médicaux de fin de vie.  La biographie officielle de Steve Jobs paraîtra le 24 octobre, 2011, aux Etats-Unis. Le livre est son cadeau à sa famille, son envie de leur faire part de ses pensées les plus intimes. Mais il y a tout lieu de penser que ce sera un best-seller lu par des millions dans le monde qui voudront savoir plus sur ce people visionnaire. 

C'est pourquoi je voudrais insister ici sur le volet médical, comme l'a fait  le New York Times dans un article qui parle de son recours à des traitements exotiques "Jobs tried exotic treatments to combat cancer." En octobre 2003, lorsque Steve Jobs a appris qu'il était atteint d'un cancer pancréatique, il a refusé la chirurgie  pendant neuf mois, prenant à la place jus de fruits, acupuncture, remèdes herbaux et autres traitements qu'il a trouvés sur Internet. Sa famille, ses médecins, ses amis ont tout fait pour s'y opposer...Et lorsqu'il a enfin accepté la chirurgie et la science, il l'a fait avec passion et curiosité, n'épargnant aucune dépense, dont celle du séquençage génétique. ...Il a alors étudié et guidé chaque pas du traitement."

Lire la suite "Steve Jobs : plus grand que la vie ; best-seller après la mort. Quelques questions médicales..." »

Obama proclame "la semaine des TIC pour la Santé" du 11 au 17 sept 2011

Capture d’écran 2011-09-13 à 00.05.51

 

 

 

 

 

 

 

 

Occupé par quelques autres menues tâches, le Président Obama a néanmoins trouvé le temps de promouvoir l'informatique pour la Santé auprès des Américains.

"Je proclame du 11 au 17 septembre, 2011, la semaine des technologies de l'information pour la Santé. J'engage tous les Américains à apprendre davantage concernant les avantages de l'informatique pour la santé, en visitant www.healthit.gov -- de prendre des actions qui vont augmenter l'adoption efficace de l'IT pour la santé, et d'utiliser l'information ainsi obtenue pour améliorer la qualité, la sécurité, le cout-efficacité de la Santé aux Etats-Unis

.... Barack Obama

 

Déclarer la semaine nationale de la Santé IT, cela ne coûte pas cher. Et le modèle de la proclamation est déjà traduite. Il ne manque plus qu'à changer le logo.

 

Capture d’écran 2011-09-13 à 00.16.45

Yale Med School a fourni le iPad2 à tous ses étudiants: est-ce trop cher pour la France ?

Capture d’écran 2011-08-31 à 21.14.29 Yale Medical School venant de faire sa rentrée, ils ont annoncé la grande nouvelle : L'école vient de fournir un iPad2 avec clavier sans fil, à chacun de ses 520 étudiants de la 1ere à la 4ième (et dernière) année des études de médecine. Les étudiants des deux premières années trouvent toutes les applications et contenus déjà chargés sur leur iPad : PLUS AUCUNE DISTRIBUTION DE DOCUMENTS PAPIER.

Quant aux étudiants de 3ième et 4ième année, ils auront à télécharger les matières selon les options qu'ils ont choisies. (Nous ne les plaignons pas). Ces derniers pourront également accéder de leur iPad aux dossiers des patients pour lesquels ils auront des responsabilités médicales. 

De plus, les étudiants auront des applications qui leur permettront de surligner et annoter les contenus. Toutes les mises à jour des matières seront faites à distance par les départements concernés.

D'où vient cette idée ? L'école avait observé depuis un certain temps que la documentation distribuée était  coûteuse, pas toujours utilisée,  pas assez pédagogique et pas très écologique et qu'il fallait passer à autre chose.

Lire la suite "Yale Med School a fourni le iPad2 à tous ses étudiants: est-ce trop cher pour la France ? " »

Les Start-ups e-Santé bénéficient de seulement 3% du Venture Capital aux Etats-Unis

En matière de start-ups, qui ne connaît pas la Silicon Valley en Californie, LA référence du secteur du capital risque (Venture Capital) et encore plus lorsqu'il s'agit d'entreprises Internet ? En 2011, 17 ans après le début du Web, quelles leçons  peut on tirer des Etats-Unis concernant l'approche des Ventures Capitalistes envers les start-ups e-Santé ? 

Une statistique de l'étude Rock Health ne peut que vous marquer : la Santé ne bénéficie en 2011 que de 3%  du venture capital aux Etats-Unis.  Pourquoi ? Serait-ce parce que tout le monde cherche l'application qui sera transformatrice du système, et que ce système est formidablement difficile à transformer, notamment par une entreprise. Serait-ce parce que les modèles économiques ne sont pas évidents ? Est-ce contextuel ou un problème de fond ?

Capture d’écran 2011-08-28 à 22.48.38 Nous voyons à gauche les investissements de Venture Capital les plus importants en 2011 dans l'e-santé aux Etats-Unis. EGHC, Ability, Practice Fusion sont dans l'informatique médicale gérée par les établissements, les médecins, les payeurs...Même s'ils offrent des services aux patients, c'est essentiellement du B2B. Lumosity vise l'abonnement par le consommateur, en l'occurrence, celui (notamment les 50 ans et plus) qui veut faire des exercices de mémoire, un créneau important mais qui n'est pas en soi transformateur du système de santé. Essayons de comprendre...

Lire la suite "Les Start-ups e-Santé bénéficient de seulement 3% du Venture Capital aux Etats-Unis" »

L'évaluation positive par un internaute, cela s'achète-t-elle ?

Parlez à un professionnel de santé de l'évaluation postée sur internet et il vous dira que ce sera soit du copinage amical --- Tu m'évalueras, je t'évaluerai, nous nous évaluerons tous... soit de la revanche d'un patient injustement insatisfait.  C'est ce que l'on entend lorsque le sujet de l'évaluation par l'internaute est abordé dans la Santé en France, une sorte de manque de confiance dans l'être humain qui a mis au moins une parenthèse, si ce n'est une fin prématurée, à certaines tentatives françaises dans cet univers, en ce qui concerne l'évaluation des professionnels de santé, et notamment les médecins. Bien entendu des sites comme Le Guide Santé et Hôpital.fr permettent à l'internaute d'émettre un avis concernant les établissements de soins - de même  Yelp, Google, et d'autres publient les avis des Français sur tout y compris les professionnels individuels. Mais on en parle peu.

Et voilà qu'un article dans le New York Times vient conforter l'idée que tout s'achète, y compris l'avis des internautes et que nous sommes incapables de détecter le vrai du faux. Ici "avis" veut dire une rédaction et pas seulement l'indication d'un nombre d'étoiles. Je m'empresse d'ajouter que rien dans l'article ne réfère au domaine de la Santé, mais la nouvelle vaut votre attention; même une équipe de chercheurs à l'Université de Cornell s'est intéressée à la problématique du "fake review." Quels éditeurs sont alors coupables ?

Lire la suite "L'évaluation positive par un internaute, cela s'achète-t-elle ?" »

L'e-patient, complément ou rival du médecin 2.0 ? #doctors20 #health20fr #hcsmeu

Le "e-patient",  c'est à dire le patient qui tient son blog, voire qui est membre d'une communauté de patients en ligne, essaie-t-il de rivaliser de connaissances avec son médecin ? Vous savez que ma réponse est "non", et que  je pense que le fait d'être "e-patient" est plutôt salutaire pour le patient, premier membre de l'équipe médicale, etc, etc. 

Mais beaucoup de personnes sont encore mal à l'aise par rapport au fait que les patients deviennent simples internautes, et encore plus mal à l'aise lorsque les patients se mettent à produire de l'information en ligne, (comme si, avant Internet, le patient était un grand muet. Passons). C'est pourquoi je me suis précipitée sur un nouvel article bien précis, dès sa parution le 16 août 2011 pour vous le commenter

Lire la suite "L'e-patient, complément ou rival du médecin 2.0 ? #doctors20 #health20fr #hcsmeu" »

Basil Strategies
eHealth Partners

Facebook
Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.